Nouvelle-Calédonie / Faits Divers - Article du 19.11.2004

  Mordu par un requin au large de Koumac

Les faits se sont produits à l’occasion d’un exercice d’apnée, à 750 km des côtes de Koumac. Le plongeur, accompagné de deux autres professionnels, a été attaqué lors de la remontée. D’après la victime, l’animal, d’une longueur de trois mètres, aurait attaqué directement. Pour se protéger, le plongeur a fait écran avec son avant-bras, tapant sur le requin avec l’autre bras.
L’appel émis à 750 km des côtes
Lâchant enfin sa prise, le requin a fait demi-tour, laissant le plongeur avec une profonde blessure à l’avant-bras. La victime a été immédiatement secourue et remontée à bord par ses camarades. Vu la gravité de la blessure et l’éloignement du bateau, les militaires ont fait appel à un hélicoptère de type Puma, basé à l’Etom de Tontouta. La Moqueuse a reçu l’ordre de mettre le cap sur la côte de Koumac, afin de réduire le temps d’intervention et de permettre d’effectuer l’hélitreuillage. A une distance de 750 km des côtes, le Puma ne pouvait pas intervenir. L’hélicoptère a décollé de Tontouta dans l’après-midi, passant par Nouméa où il a récupéré les plongeurs et l’équipe médicale. Puis il a mis le cap sur Koumac, où l’arrivée de nuit s’est déroulée à l’aide de jumelles à vision nocturne. A bord de l’appareil, pas moins de huit personnes : deux pilotes, un mécanicien, un treuilliste, un médecin, une infirmière et deux plongeurs.
Rapatrié à Nouméa en quatre heures
L’hélitreuillage de nuit en mer étant interdit avec ce type d’hélicoptère, décision est prise de rester sur Koumac. Le décollage a été programmé à 4h45 afin d’arriver au lever du jour sur le bateau. La jonction se fera finalement à 180 kilomètres des côtes. Aussitôt l’équipe médicale est hélitreuillée, prend en compte le blessé, et lui prodigue les premiers soins. L’état de la victime nécessite cependant son évacuation par civière. Les secours s’attellent donc à la tâche. Quatre heures plus tard, le Puma se pose sur le toit de l’hôpital Gaston-Bourret, à 400 kilomètres du lieu de sauvetage. La victime est alors prise en charge par le personnel médical, qui parviendra à soigner efficacement le bras mordu par le requin.


. Tous droits de reproduction réservés